Historique de centre

Historique de l'ASBL

            L’idée de créer la MJ est née dans le courant de l’année scolaire 1989 - 1990. A cette époque, des jeunes d’Antoing se rencontrent à l’occasion de stages de formation de moniteurs et d’animations ’’Bourgeons-nous’’ pour enfants que la ville met en place durant les congés scolaires.

            Ces jeunes expriment le souhait d’avoir un lieu de rencontre pour jeunes à Antoing. Martine Host, responsable des moniteurs, relaie cette demande à la Ville d’Antoing. Celle-ci répond favorablement et détache une travailleuse (notre Martine ! , c’est la responsable jeunesse de la ville) sur le projet naissant.

            Après une longue période de gestation, rendue possible grâce à l’obtention du budget du dossier ’’Locomotiv’jeunes’’ (c’est le nom que l’on donna au projet afin de la présenter à la Région Wallonne) et  d’autres budgets communaux, la Maison des Jeunes s’installe, en 1993 (premier statuts déposés et acceptés le 22/12/1993), dans l’ancienne maison communale d’un village de l’entité: Calonne. La reconnaissance officielle interviendra en janvier 1998 (MJ 3).

            Aujourd’hui, les jeunes moteurs du projet sont devenus administrateurs, membres fondateurs…

            Au départ, le Centre de Jeunes d’Antoing se disait simplement ‘’CJA’’ en abrégé. Par la suite, la proposition a été faite aux jeunes de choisir un nom pour celui-ci. Ceux-ci l’ont nommé ‘’Al’Turn’’, expression assez courante dans leur dialecte qui signifie ‘’à la maison, baraque’’.

            Ensuite, grâce à un énorme travail des animateurs en place (Pacale Geurts et Dany Demeu) et un projet de décentralisation intéressant, voilà une nouvelle MJ du nom ‘’d’Al’Béote’’ qui naît en juin 1999 dans un autre village de l’entité: Péronnes. Le CJA est maintenant constitué de deux MJ.

            En novembre 2004, une nouvelle équipe d’animateur est née. Dany Demeu devenant Coordinateur et moi, Arnaud Canfin, devenant animateur. Grâce au travail efficace de la dernière équipe en place, notre MJ passe de catégorie 3 en catégorie 2 en janvier 2005 (et pourtant nous fonctionnons avec un rendement supérieur à une MJ 1).

            En janvier 2007, nous passons enfin en catégorie MJ1. Avec notre MJ1 et notre dispositif particulier de décentralisation, nous devons l'une des MJ les plus importantes de la FWB.

            En juin 2009, modification de l’équipe : nous obtenons des aides à l’emploi et notre équipe compte maintenat quatre temps-plein : Arnaud Canfin (Coordonnateur), John Midol (Animateur), Vanneuville Clémentine (Animatrice) et Colin Verbeke (Animateur).

            En février 2012, le Conseil d’Administration ordonne, au Bourgmestre et Collége communal en place, de fermer le bâtiment de la MJ Al’Turn à Calonne pour raison de sécurité et de salubrité. Nous sommes relogés en urgence dans les bâtiments de l’ancien magasin ‘’Lenne’’ au 23, rue Philippart à Antoing.

 

Premier article de presse de l'ASBL

Article mj photo

« Locomotiv’Jeunes » voilà l’intitulé du projet visant à lutter contre l’exclusion que la commune proposa en juillet 92 à la Région Wallonne. Celle-ci avait en effet fait appel aux entités afin de favoriser les initiatives.

La ville, en partenariat avec le CPAS, l’asbl Graine, le Foyer Culturel et la police décide de ne pas laisser passer l’opportunité. Objectif: occuper les adolescents et leur proposer l’aménagement d’un lieu qui leur sera réservé. « Nous avions déjà créé de nombreuses activités destinées aux adolescents comme « Été Jeunes » et nous avions constaté à ce moment là qu’ils désiraient bénéficier d’un local pour discuter, se réunir, jouer… « explique Martine Host, chef de projet et animatrice au Foyer Culturel. Mais rappelons-le encore une fois, le projet prévoit la restauration du local par les jeunes.

Une fois le projet accepté par la Région Wallonne, il fallut dénicher un endroit susceptible d’accueillir les entrepreneurs en herbe! Plusieurs solutions sont envisagées par les responsables. Parmi elles: la location de bâtiments (mais la ville refusa d’investir dans des maisons privées). Finalement, ils rencontrent l’Échevin de la Culture Pierre Varvenne qui leur propose d’aménager l’ancienne Maison Communale de Calonne.

Celle-ci abrite déjà une bibliothèque, les archives de la ville et un club radio. « J’ai proposé ce bâtiment car il possède plusieurs atouts. Il était en ruines et beaucoup de travail devait être accompli! De plus, nous savions que certaines parties se libéreraient. Et la cour permet des activités à l’extérieurs » explique le mandataire communal.

En 93, dès les vacances d’été, quelques ados de l’entité aidés par des moniteurs de la Région Wallonne et du Foyer Culturel unissent leurs efforts pour embellir ce qui n’est à l’époque qu’un vulgaire dépotoir. Au programme: vider et nettoyer, plâtrer les plafonds et peindre le couloir. Un ouvrier engagé par la ville grâce aux subsides encadre les jeunes et prend en charge les travaux plus importants. En quelques mois, portes et fenêtres sont percées, la toiture réparée et les sanitaires aménagés.

Difficile néanmoins de prévoir la fin des travaux. « Dans le cadre de Locomotiv’Jeunes, nous offrons un dispositif de proximité aux jeunes qui fréquentent l’école à horaire réduit. Nous leur proposons d’effectuer leurs stages ici. Mais pour l’instant, peu répondent favorablement. Bien sûr, nous ne pouvons pas patienter indéfiniment et l’ouvrier devra poursuive les travaux.

« Nous espérons que le chauffage et l’électricité seront installés avant la fin février » précise Martine Host. Deux pièces, un couloir et la cour sont réservés aux jeunes. Une mezzanine devrait être créée au-dessus de la pièce la plus spacieuse. Si tout se déroule selon les souhaits des responsables, les activités de la Maison de Jeunes débuteront au printemps. Les jeunes de plus de 12 ans se réuniront les mercredi après-midi, vendredi soir, samedi et durant les vacances. Au programme: ping-pong, jeux de sociétés, skate, discussions, espace BD, barbecue…

« Notre souci est d’intégrer les jeunes défavorisés mais la maison est ouverte à tous. Au moins, ils peuvent se rassembler ailleurs que dans les bistrots », conclut l’animatrice.

 

                                                                      D.D.

                                                                      AZ 28/01/94

 

 Ressource: Le mémoire ‘’Le temps d’une recherche d’autonomie participative’’ de Madame Pascale Geurts, ancienne coordinatrice du CJA.